Un point tournant

1967 marque un point tournant dans la carrière de Nana et dans l’histoire du Québec. Cette année-là, sa vie de tournées commence et on parle partout de ce qu’est devenu le Bas-Canada d’autrefois. Essayons ici de relever certaines similarités dans leur cheminement particulier vers une reconnaissance mondiale.

Nana s’est d'abord fait connaître par des festivals de la chanson en 1959 et 1960. Elle a eu la chance de débuter au moment où la musique grecque connaissait un grand succès partout en Europe grâce aux "Enfants du Pirée" de Manos Hadjidakis. Réclamée à l’étranger, elle commence à voyager et à s’adapter à d'autres cultures en apprenant plusieurs langues. Grâce à Harry Belafonte, elle comprend l’importance de la discipline pour arriver à suivre le rythme des tournées. Depuis ses débuts, Nana s’est également métamorphosée physiquement et son esprit s’est indéniablement modifié. Le parcours que Nana a suivi l’a bien préparée pour la carrière internationale qui l’attend.

Entre 1960 et 1966, le Québec était sous la gouverne du Parti libéral, dirigé par Jean Lesage. Ce gouvernement s’était donné le mandat de moderniser et de démocratiser l'État québécois et a entre autres réalisé la nationalisation de l’électricité et la réforme de l’éducation. La Révolution tranquille est enclenchée. En très peu de temps, on assiste à un grand nombre de transformations tant sur le plan social, religieux, politique et économique. Sous l'influence de ces réformes, la culture et les mentalités des Canadiens français vont se transformer à une vitesse inouïe. En vue de la prochaine Exposition universelle, des travaux de construction d’envergure sont mis en œuvre: création d’une île artificielle et construction d’un métro et d’autoroutes urbaines. Cette réalisation contribuera à faire connaître Montréal et le Québec à l’échelle mondiale. 

Slogan marquant le début du nationalisme québécois. Logo de la compagnie nationale d’électricité; René Lévesque, Jean Lesage et Daniel Johnson, trois hommes politiques qui ont contribué à la réalisation de la décennie : la centrale hydroélectrique Manic 5; Jean Drapeau, maire de Montréal de l’époque et instigateur de l’Exposition universelle. Il a inauguré les premières lignes de métro; Terre des Hommes encore au stade de chantier. À droite, on aperçoit le pavillon du Canada.

Fin janvier 1967, Nana et ses amis, Les Athéniens, se donnent rendez-vous au Québec pour 23 récitals. Tous les soirs, c’est le plaisir et le défi de se retrouver dans une ville différente et devant un nouveau public. En même temps, c’est la découverte d’une nouvelle responsabilité; la réussite de son récital repose sur sa performance. Mais son perfectionnisme ne fait que renforcer l’admiration que les gens du Québec lui portent. Cette première tournée solo marque une nouvelle étape de sa carrière. L’expérience se répètera dans plusieurs autres pays.

Le 27 avril, l’Expo 67 est inaugurée et ses 90 pavillons font la joie des amateurs de nouvelles découvertes. Son succès a de quoi enorgueillir les Québécois puisqu’en six mois, elle accueille plus de 50 millions de visiteurs. Plusieurs grands de ce monde se déplacent pour l’événement, dont Charles de Gaulle, qui le 24 juillet, provoque un véritable scandale politique en reprenant la devise de la république «Vive le Québec libre!» du balcon de l’hôtel de ville. Cette déclaration inattendue fera le tour du monde.

Vue aérienne des îles Sainte-Hélène et Notre-Dame; Foule devant le pavillon du Québec; Charles de Gaulle lors de sa célèbre déclaration.

Le succès que Nana a connu ici la suit jusqu’en France. Dès son retour, la télé et la radio la réclament. Avec "C’est bon la vie", chanson optimiste, malgré le coup d’État dont son pays est victime, Nana rejoint un nouveau public et effectue sa première tournée d’été qui lui donne l’occasion de visiter la France. À partir du 26 octobre, Nana remplace Gilbert Bécaud au pied levé à l’Olympia de Paris. Elle y connaît un véritable triomphe et reçoit des critiques des plus élogieuses. Ensuite, elle se retire à Genève avec son mari en attendant la naissance de leur premier enfant.

 

Les grandes réalisations des dernières années sont le symbole de la réussite d’une société québécoise qui s’affirme. Le 14 octobre, René Lévesque, journaliste et acteur important de la Révolution tranquille, quitte le Parti libéral. Il s’active à rallier ceux qui ont la même aspiration et l’année suivante, il fondera le Parti québécois dont l’objectif principal est de faire la souveraineté du Québec. Cet homme, dont l’humilité fait de lui un rassembleur, travaillera à unir un peuple qui s’identifie de plus en plus comme Québécois…afin de réaliser son grand rêve!


Lorsqu’on compare le parcours de Nana et celui du Québec, on se rend compte que l’année 1967 a été déterminante. Elle leur a servi de tremplin pour s’illustrer sur la scène internationale. Nous pouvons être fiers d’avoir été témoins de cette étape importante où le destin d’une artiste et d’un peuple s’est croisé.