Souvenirs du Québec

Le Québec est l'un des endroits qui a marqué les débuts de Nana. Ce fait, peu connu, s'explique sans doute par son éloignement de l'Europe où elle a commencé sa carrière. En effet, quelle surprise, à l'époque, d'apprendre que ses chansons francophones étaient des succès quelque part en Amérique du Nord. Les Québécois qui la découvraient ont acheté ses disques et sont allés la voir régulièrement en récital. Nana est venue si souvent qu'elle a développé une belle complicité avec le public. Elle a également connu nos grands espaces, nos principales villes et nos chansons.

LES QUÉBÉCOIS

Une artiste de scène, voilà comment Nana se définit. Au-delà de ses enregistrements, elle trouve essentiel de chanter devant un public. Aussi, pendant des années, après chaque récital, elle prenait le temps de recevoir les gens afin de causer avec eux, signer des autographes et se faire photographier en leur compagnie. Bien sûr, au départ, Nana éprouvait de la difficulté à comprendre le français d’ici. Elle a donc dû s'habituer à notre accent et à nos expressions qui diffèrent de celles de la France: "faire à souper" (préparer le dîner), "magasiner" (faire les courses), "endisquer" (enregistrer), "B-S" (assisté social), "achalant" (agaçant), "long jeu" (microsillon) et "frigidaire" (réfrigérateur) sont des termes auxquels Nana est vite devenue familière. Elle aime revenir chez nous et apprécie les Québécois qu’elle décrit comme directs et simples. Elle les trouve à la fois accueillants, amicaux et gentils.

Séance d'autographes après un récital.

NOS GRANDS ESPACES

Comme la plupart des Européens, Nana est habituée à une forte concentration de population. En parcourant nos routes pour donner ses récitals au Saguenay-Lac-Saint-Jean, au Bas-Saint-Laurent ou sur la Côte-Nord, elle s'est rendu compte de nos grands espaces. Venue au Québec à toutes les époques de l’année, Nana a été surprise par les extrêmes de nos températures : nos froids intenses et nos chaleurs humides. Des tempêtes de neige l’ont contrainte à retarder ou reporter ses présentations et elle a même dû s’acheter un parapluie en raison du temps maussade. Elle a également connu l'été indien, celui chanté par Joe Dassin. Cette saison qui n'existe que dans le nord de l'Amérique se produit parfois au milieu de l'automne lorsque le mercure atteint des températures estivales pendant plusieurs jours consécutifs. Et bien sûr, elle a admiré nos paysages d’automne où se côtoient le vert, le jaune et le rouge. En tout, Nana a chanté dans 26 villes différentes et a eu l'occasion de fêter son anniversaire sur scène à trois reprises: à Sorel, à Rivière-du-Loup et à Montréal. Lors de ses tournées en province, elle n'a pas été en mesure de visiter beaucoup, car elle changeait d’endroit à tous les jours. Par contre, elle connaît très bien Montréal et Québec, car elle y est retournée souvent et y tenait l'affiche pendant une semaine.

Lors de ses nombreux séjours, Nana a été en mesure de voir le contraste de nos paysages selon les saisons et de fêter son anniversaire.

MONTRÉAL

Montréal, la deuxième ville francophone au monde, constitue sa porte d'entrée au Québec. Nana mentionne son nom dans deux de ses chansons : "C’est mon histoire" (Je chante en Irlande, en Finlande ou bien à Montréal) et "Danny come home" (In a town near Montreal) et doit la considérer comme l'une des villes statégiques de ses débuts en Amérique. Son premier passage en mai 1965 lui confirmait que certaines de ses chansons étaient connues. Durant la conférence de presse donnée en l'honneur du spectacle présenté avec Harry Belafonte, Nana ne cachait pas que la métropole lui plaisait. Elle disait que ça lui rappelait Athènes justement à cause du Mont-Royal qui est au centre de la ville tout comme le plateau de l’Acropole.

Montréal vu du Mont-Royal.

Du haut de ses différentes chambres d'hôtels, Nana a vu le centre-ville sous tous ses angles. Lorsqu'elle a le temps, Nana aime se promener dans le Vieux-Montréal. On y trouve de nombreux édifices historiques, des musées ainsi que des restaurants de fine cuisine. Situé au coeur de celui-ci, l’hôtel de ville. C’est de son balcon que le général de Gaulle, alors président de la république française, avait déclaré: «Vive le Québec libre!». En 1995, Nana était invitée à signer le livre d’or en présence du maire de l’époque, M. Pierre Bourque. Non loin de là, se trouve le Vieux-Port qui s’étend sur deux kilomètres. Sa vue depuis la tour d’observation de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours a inspiré le chansonnier Leonard Cohen pour son poème "Suzanne". En enregistrant la chanson, en 2002, Nana devenait la 24e artiste à faire référence à la statue de la vierge tournée vers le fleuve: (Comme du miel, le soleil coule sur Notre-Dame-des-Pleurs).

L'hôtel de ville de Montréal, le Vieux-Port et la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours.

Elle connaît aussi les rues du centre-ville que tout piéton prend plaisir à parcourir. Il y a la rue Saint-Denis réputée pour ses nombreux cafés, terrasses, restaurants, librairies et boutiques spécialisées. En 1995, Nana s’y trouvait pour donner deux récitals dans le célèbre théâtre du quartier. Et la rue Sainte-Catherine où on retrouve la plus importante concentration de magasins. Longue de plus de 11 km, elle est la plus grande artère commerciale au pays. Nana a également eu l'occasion de se rendre dans la ville souterraine qui relie plusieurs édifices par des tunnels jusqu'aux stations de métro. Les 35 kilomètres de passages sous la ville permettent de se déplacer à l'abri du froid et de la neige sans avoir à enfiler les vêtements d'hiver.

La rue Saint-Denis et ses terrasses, la rue Sainte-Catherine en période de festival et un complexe de la ville souterraine.

Nana est au courant que Montréal est une ville de festivals, que ce soit celui de la musique, du cinéma, du théâtre, de la danse, de la littérature et des sports. En été, les plus célèbres sont le Festival International de Jazz, Juste pour rire et celui des FrancoFolies auquel Nana a participé en 2004. Depuis un certain nombre d'années, pendant la période estivale, des sections de rues sont fermées afin de permettre aux piétons de circuler librement.

Pour les Montréalais, le divertissement est omniprésent; au Centre Bell, au Casino, dans les théâtres et les salles de spectacles. La plus grande, la Salle Wilfrid-Pelletier, a été nommée en l'honneur du célèbre chef d'orchestre. C'est l'endroit dans le monde où Nana a donné le plus de récitals après l'Olympia de Paris. Constituée de 3 000 sièges, elle dispose d'une vaste scène qui se prête à tous les genres de spectacles. Nana a également chanté au Théâtre Maisonneuve et à la Maison symphonique. Les trois salles font partie de la Place des Arts.

Montage photo devant la Place des Arts.

Dans ce complexe culturel se trouve également le Musée d’art contemporain, le premier au pays entièrement consacré à l’art moderne. Ses nombreuses expositions temporaires lui permettent de battre des records d’affluence. Au cours de la saison 2017-2018, par exemple, celle sur Leonard Cohen a attiré plus de 300 000 personnes. Nana compte parmi eux. C'est avec recueillement et émotion qu'elle a visité les six salles consacrées à l'artiste.

Le Musée d'art contemporain de Montréal.

La métropole compte quatre universités; deux francophones (celle de Montréal et du Québec) et deux anglophones (Concordia et McGill). Le 30 mai 2013, l'Université McGill la convoquait à la cérémonie annuelle de la collation des grades en Arts et Études religieuses. À cette occasion, on lui décernait un Doctorat "honoris causa" pour sa contribution à la musique et son engagement social et humanitaire.

Nana à l'Université McGill en 2013.

L'oratoire Saint-Joseph et le stade olympique.

L'oratoire Saint-Joseph et le stade olympique sont des lieux de prédilection. Le site de l'oratoire a été inauguré à l'initiative du frère André en 1904 sur le Mont-Royal. Achevé en 1967, l'oratoire attire, chaque année, environ deux millions de pèlerins venus de partout. Son dôme domine la ville et sa croix constitue le point culminant de Montréal.

Construit spécialement pour les Jeux olympiques d'été de 1976, le stade olympique est reconnu mondialement pour son architecture unique. Son créateur, Roger Taillibert, y a conçu la plus grande tour inclinée. L'enceinte, pouvant contenir 65 000 spectateurs, a accueilli pendant plusieurs années l'équipe de baseball Les Expos. De nos jours, il est l'hôte de compétitions sportives et de salons thématiques.

QUÉBEC

Après Montréal, Québec est la ville où Nana a séjourné le plus souvent. Elle s'est produite d'abord au Palais Montcalm, ensuite au Grand Théâtre puis au Colisée. Dans la Vieille Capitale, plus unilingue, on apprécie davantage les chanteurs français. Fondée en 1608, Québec est à la fois la plus ancienne ville et le berceau de la civilisation française en Amérique du Nord. Pour sa beauté et son allure européenne, elle suscite l'intérêt de nombreux touristes qui veulent visiter un site distinct du reste du continent.

Le Vieux-Québec, classé sur la liste du Patrimoine mondial par l'UNESCO, n’a plus de secrets pour Nana. Au cours de ses nombreux séjours, elle a souvent longé les ruelles pour admirer les bâtiments datant du régime français et elle s'est familiarisée avec divers coins de la ville. Que ce soit la terrasse Dufferin, une promenade attenante au Château Frontenac, un imposant hôtel de luxe qui domine la ville. De là, on a un splendide panorama du fleuve Saint-Laurent et une vue plongeante de la basse-ville. Ou encore la Place d'Youville, située à la sortie de la porte Saint-Jean, où il y a de nombreuses activités. L'été, on y présente des festivals de musique et en hiver une patinoire y est aménagée.

Québec vu du traversier.

La première fois que Nana s’y est rendue, en 1967, elle a croisé le bonhomme Carnaval (la mascotte du festival) sur son chemin. Par la même occasion, elle s'est émerveillée devant l'impressionnant Palais de glace et les nombreuses sculptures. Le Carnaval de Québec, c'est la plus grande fête populaire hivernale au monde. Chaque année, des milliers de touristes se déplacent pour admirer les différentes constructions de neige et de glace, assister aux défilés de nuit et participer aux activités.

Le plus grand centre commercial au Québec, les Galeries de la Capitale, compte aussi parmi les autres lieux que Nana a visités. Son parc d'attractions intérieur est le deuxième en importance en Amérique du Nord. Nana y a chanté lors du téléthon Opération Enfant Soleil.

La Place d'Youville en hiver, le bonhomme Carnaval, le Palais de glace en 1967 et Nana aux Galeries de la Capitale.

Comment parler de Québec sans mentionner l'Hôtel du Parlement déclaré premier site historique? L’imposant édifice de style néo-Renaissance accueille, chaque année, des milliers de visiteurs. Sur toute sa façade, 26 statues de bronze rappellent les divers épisodes de notre histoire. L’intérieur est constitué de deux salles principales. Le Salon bleu où les 125 députés siègent lors des travaux de l’Assemblée nationale. Et le Salon rouge qui sert aux commissions parlementaires et aux cérémonies d’assermentation. Le 28 mai 2013, la première ministre, Madame Pauline Marois, recevait Nana dans cette salle. Elle était promue au grade d’officier de l’Ordre national en reconnaissance de ses liens tissés avec le Québec et pour sa participation au rayonnement de notre culture en interprétant des airs d’ici.

La façade de l'Hôtel du Parlement, la salle de l'Assemblée nationale et le Salon rouge lorsque Nana a été décorée.

AUTRES VILLES

En plus des deux principales villes, Nana a visité occasionnellement Sherbrooke et Saguenay et y a donné plusieurs récitals.

SHERBROOKE

Au cours de ses 11 passages à Sherbrooke, elle s'est produite au Granada, au Séminaire St-Charles et au Palais des Sports. Des 13 récitals présentés, neuf ont eu lieu au Centre culturel de l'Université. La Salle Maurice-O'Bready, la quatrième en importance au Québec, était autrefois connue sous le nom de la Grande salle.

Située au cœur d'une région vallonnée, Sherbrooke offre un paysage pittoresque. Entourée de lacs et de nombreux cours d'eau, elle compte de nombreux espaces verts. Son architecture typique rappelle celle de la Nouvelle-Angleterre. C'est à Sherbrooke qu'on retrouve la plus grande concentration d'étudiants de la province.

Sherbrooke et le mont Orford.

SAGUENAY

Nana est allée six fois à Saguenay (autrefois appelée Chicoutimi). Pour s'y rendre, de Québec, il faut compter trois heures et traverser la réserve faunique des Laurentides. Dans cet immense parc national prisé par les amateurs de chasse et de pêche, il est possible de pratiquer une multitude de sports d'été et d'hiver. Comme c'est un territoire protégé, pendant des années, des postes de contrôle étaient dressées à ses entrées. On y notait des renseignements sur le véhicule et les passagers, et leur vitesse était contrôlée. Nana se souvient qu'on ne pouvait pas traverser la nuit parce que les barrières aux extrémités étaient fermées. La route, essentiellement montagneuse, sinueuse et peu éclairée est souvent traversée par des orignaux. À l'époque, le parcours était plus dangereux et il n'y avait que deux voies.

Saguenay se situe aux abords de la rivière portant le même nom. Elle est le résultat de la fusion de diverses municipalités dont Jonquière, Chicoutimi et La Baie en 2002. Depuis son premier passage en 1967, Nana y a donné 10 récitals; à l’Auditorium Dufour, au Centre Georges-Vézina et au Théâtre du Palais Municipal.

Il faut compter trois heures et traverser la réserve faunique des Laurentides avant d'arriver à Saguenay.

SOUVENIRS PRÉCIS

Nana conserve également des souvenirs précis de certains événements. En 1969, par exemple, de Sept-Îles, elle avait pris l'avion seule pour Montréal afin de célébrer le premier anniversaire de son fils. Le lendemain, elle devait repartir vers Rimouski pour un récital. Mais son vol avait été annulé, car on annonçait une tempête de neige. Afin qu'elle arrive à temps, son impresario l'avait reconduite jusqu'à Québec d'où un taxi devait l'amener jusqu'à destination. Mais à partir de ce moment, les conditions routières se détérioraient de plus en plus et la visibilité était réduite. Le conducteur avait donc installé des chaînes sur les pneus et ils ont poursuivi leur route jusqu'à Rivière-du-Loup. De là, Nana devait prendre le train, mais le transport était interrompu. Comme le récital avait été finalement reporté, elle est demeurée une nuit à l'hôtel. Son équipe l'a rejointe le lendemain pour le récital qui a lieu dans cette même ville.

Retour difficile après l'anniversaire de Nicolas.

NOS CHANSONS

Lors d'une tournée en province, Nana a découvert la chanson folklorique "Le curé de Terrebonne", une ville où elle n'est jamais allée. En 1975, elle a décidé de l'enregistrer. Elle a eu du mal, car il faut suivre le tempo en articulant bien les mots. Nana l'a interprétée lors d'un spécial télévisé en incarnant une jeune fille à la confesse devant le prêtre et sur scène en duo avec son batteur. À chaque fois, le numéro faisait rire. La plupart d'entre nous se souvient davantage de l'avoir entendue chanter "Un Canadien errant", une complainte racontant la déportation de plusieurs patriotes. Son adaptation de "Je reviens chez nous" en sept langues de Jean-Pierre Ferland n'est pas non plus passée inaperçue. À son répertoire, Nana a également ajouté des chansons des Soeurs McGarrigle, de Leonard Cohen, de Roch Voisine, de Daniel Lavoie et de Gilles Vigneault. Notons que la plupart de ces titres se retrouvent sur le CD "Un Canadien errant / A Canadian Tribute". Aussi, Nana a déjà déclaré que les Québécois ont apporté beaucoup à la Chanson française.

Un recueil de ses chansons canadiennes.

Depuis sa première venue en 1965, Nana s'est attachée à notre coin de pays et à son peuple. Elle garde de merveilleux souvenirs de ce qu'elle a visité. Au-delà des soirées inoubliables passées devant le public, elle a apprécié notre folklore et repris les chansons de plusieurs de nos auteurs. Mais surtout, à chaque fois qu'elle revient, Nana se sent comme chez elle. D'ailleurs, si on aligne tous ses séjours chez nous, on constate que Nana a passé un an de sa vie au Québec.