Portrait mondial

1967-2008

Nana débute sa carrière en Grèce. Ses triomphes lors de festivals de la chanson la rendent célèbre et lui permettent de voyager à l’étranger. Son contrat avec la maison de disques Philips l’amène à enregistrer en plusieurs langues, car on souhaite en faire une chanteuse "nationale" à travers l’Europe. C’est en Allemagne qu’elle est le plus populaire. Sa carrière internationale prend forme au tournant de l'année 1967. Elle vient de terminer quatre tournées avec le chanteur Harry Belafonte sur le continent nord-américain et commence à présenter ses tours de chants. Voici le portrait mondial qui succède aux dix premières années de sa carrière.

QUÉBEC ET CANADA

Son passage au Québec, au début de 1967, coïncide avec la fin et le début d'un nouvel épisode. À ce moment-là, Nana revient en tournée seule avec ses musiciens et choisit de présenter ses récitals en assurant les deux parties de la soirée. C'est une première qui servira d'exemple aux autres pays. Ses albums "Comme un soleil", "Une voix qui vient du cœur" et "Je chante avec toi liberté" figurent parmi les préférés de ce public francophone.

Les Canadiens anglais ne tardent pas à succomber au charme de sa voix et de ses chansons. À partir de 1975, Samuel Gesser, son impresario, la produit dans les plus grands théâtres du pays. Une année, Nana fait une tournée dans l'est et l'autre dans l'ouest du pays. Il n'est pas étonnant qu'elle ait donné plus de 800 récitals au Canada. "British Concert", "Roses & Sunshine" et "Come with me" sont les trois albums qui l’ont rendue populaire.

FRANCE

Après avoir remporté le Grand Prix de l'Académie Charles Cros en 1967, tout s'enchaîne; passages télé, tournée d'été et une série de récitals en tête d'affiche à l'Olympia de Paris. Désormais, on la considère comme une chanteuse française et c'est depuis la ville lumière qu'elle assure le suivi de sa carrière dans le monde. Au-delà de ses enregistrements et de ses prestances sur scène, Nana est très présente à la télévision. Dans les années 1970, notamment, on la voit présenter ses émissions de variétés "Top à..." et "Numéro Un". Entre 1973 et 1994, elle est la chanteuse qui reçoit le plus grand nombre de disques d'or. Parmi ses plus grands succès, citons "Quand tu chantes", "Je chante avec toi liberté" et "L'amour en héritage". Certaines grandes chansons françaises comme "Le temps des cerises" et "Plaisir d'amour" font également partie de ses incontournables. Nana a donné son récital d'adieux à l'Opéra Garnier en 2007.

SUISSE ET BELGIQUE

Nana a élu son domicile principal à Genève. C'est là que naissent et grandissent ses enfants; Nicolas en 1968 et Hélène en 1970. Et en 2003, elle marie André Chapelle, son producteur. Nana y donne des récitals dans le cadre de ses tournées françaises et allemandes. Elle fait de même pour ses récitals en Belgique. Pendant son mandat de députée au Parlement Européen, de 1994 à 1999, Nana se rend régulièrement à Bruxelles pour siéger. En Suisse, ses disques sont importés de France et d'Allemagne. En Belgique, de France et des Pays-Bas.
 

ROYAUME-UNI ET IRLANDE

En septembre et octobre 1968, les Anglais découvrent l'animatrice chanteuse lors de six émissions de variétés à la BBC. Chaque soir, pendant 45 minutes, Nana chante avec son groupe Les Athéniens, présente et interprète quelques duos avec des stars internationales. Très rapidement, elle devient une vedette installée. Les Anglais et les Irlandais achètent ses disques et la réclament pour des récitals. En 1970 et 1971, Nana est la plus grande vendeuse de 33 tours. Sa carrière anglo-saxone est lancée et jusqu'en 1981, elle revient enregistrer de nouvelles séries télévisées qui sont également diffusées dans l'ensemble du Commonwealth. En 1986, la chanson "Only Love" tirée d'un feuilleton télévisé atteint la première position au palmarès britannique. Son dernier gala au Royal Albert Hall, en 2007, sera immortalisé sur DVD.

PAYS-BAS

Les Pays-Bas sont situés au carrefour de la France, de l'Angleterre et de l'Allemagne. Là-bas, sort une quantité incroyable de disques et certaines des ventes rivalisent avec celles des plus gros marchés. De plus, leurs vinyls comptent parmi les plus importés dans le monde. Si au début des années soixante, Nana se fait surtout connaître par ses succès allemands, plus tard, ses séries à la BBC contribuent à relancer sa popularité. Plusieurs de ses chansons, en anglais surtout, deviennent des succès. Certains de ses albums français et allemands sortent et elle enregistre même en néerlandais. Elle y reçoit plusieurs disques d'or et de platine, dont l'album "Nana's Book of Songs" serti de diamants.

AUSTRALIE ET NOUVELLE-ZÉLANDE

Les Océaniens la connaissent grâce à ses séries télévisées. De sa première visite en 1974, Nana conserve de merveilleux souvenirs. À son arrivée à Sydney, elle obtient toute l'attention des médias. À Christchurch, elle reçoit un télégramme de scientifiques stationnés au Pôle Sud, à seulement deux heures de vol. Ils ne peuvent assister au concert, mais ils écoutent sa retransmission à la radio. De ce voyage, elle rapporte 28 nouveaux disques d'or; 19 de l'Australie et 9 de la Nouvelle-Zélande. En tout, Nana se rend cinq fois en Australie, un des pays, où à une certaine époque, elle vendait le plus de disques par habitant.

ALLEMAGNE ET AUTRICHE

Avec la sortie de l'album "Sieben schwarze Rosen", en 1975, Nana reconquit les Allemands en chantant dans leur langue. D'autres succès suivent: "Adios", "Die Welt ist voll Licht", "Guten Morgen, Sonnenschein", "Lieder, die die Liebe schreibt", "La Provence"...Même dans les périodes où elle a moins de nouveautés, on l'invite dans les émissions de variétés, elle présente ses récitals et le public est au rendez-vous. Il en est de même en Autriche et en Suisse allemande. Pendant toutes ces années, l'impresario Fritz Rau organise ses tournées. L'Allemagne est le pays où on compte le plus de disques différents; plus de 1 000 depuis ses débuts.

ÉTATS-UNIS

Les États-Unis est un pays où Nana a beaucoup travaillé sans même s'y installer. Harold Leventhal, manager de musique folk, en collaboration avec son agent canadien, Samuel Gesser, la prend en charge. Pendant la période la plus intense, entre 1977 et 1984, elle participe aux grands talk-shows télévisés et se produit annuellement en tournée. Dans les années 1990, Nana est au meilleur de sa popularité. Polygram, l'ancêtre d'Universal, édite ses disques et les importe dans plusieurs pays. Son nouvel impresario, Ed Kasses, la produit à guichets fermés. "Only Love" est sa chanson la plus connue.

SCANDINAVIE

À partir de 1980, la Scandinavie s'ajoute à son itinéraire. Comme au Canada et en Allemagne, l'organisation de ses tournées se met vite en marche. Au Danemark, à chacun de ses passages, elle y donne une dizaine de récitals. Afin de remercier le public danois, Nana a appris deux de leurs chansons qu'elle interprète sur scène. Les pays scandinaves pressent peu de disques; la plupart de leurs 33 tours proviennent des Pays-Bas et leurs CD d'Allemagne. Comme en Irlande et aux Pays-Bas, son répertoire n'est pas dans la langue nationale, mais les admirateurs sont nombreux. Certains pays auraient raison d'envier les Scandinaves pour toutes les occasions qu'ils ont eu de la voir en spectacle.

ESPAGNE ET PORTUGAL

Entre 1967 et 1985, Nana mène une carrière mondiale et enregistre presqu’exclusivement en français, en anglais, en allemand et en grec. Suite au succès de son album "Libertad / Liberdade", en espagnol et en portugais, Nana revient dans le paysage artistique de la péninsule ibérique. En octobre 1987, elle y présente une tournée. Plusieurs passages télé, surtout en Espagne, viennent actualiser sa présence et souligner la sortie de ses albums. Elle enregistre également en catalan et ses nouvelles productions contribuent à développer son succès en Amérique latine. En tout, de 1986 à 2003, elle y fait une vingtaine d'allers-retours.

ITALIE
Lorsque sa carrière francophone et anglophone prend son envol, entre 1967 et 1969, Nana se concentre sur ces deux langues. En Italie, pendant des années, on presse surtout ses albums français. Ensuite, ses disques sont importés de divers pays. Après le succès spontané de son retour en Espagne, un marché similaire, Nana refait de nouveaux enregistrements en italien. Toutefois, son absence dans ce pays relève du mystère, surtout qu'elle connaît la langue et la culture. Dans les années 1990, trois compagnies sortent leur version de son premier et unique album italien en CD.

ASIE

C'est au Moyen-Orient que Nana connaît son premier public asiatique. En Israël, entre autres, plusieurs de ses chansons grecques deviennent des succès. Nana adore le folklore de ce pays et à quelques reprises, sur scène et à la télévision, elle chante en hébreu. La Turquie, le voisin immédiat de la Grèce lui est aussi très familier. Elle y donnera notamment des concerts privés pour le patriarche Bartholomée 1er. Toutefois, son premier contact avec l'Asie remonte à la fin des années soixante lors de galas au Liban.

En 1974, c’est au tour de l’Extrême-Orient de l’accueillir. En effet, elle se rend au Japon pour y faire des enregistrements télé et y donner des récitals. Dans ce pays, paraît une centaine de 33 tours et une centaine de CD. En 1987, une tournée de promotion l'amène à visiter le sud-est asiatique. En Corée du Sud, à Taïwan et à Hong-Kong, sa popularité ne se dément pas. En Indonésie, où elle n'est jamais allée, des centaines de cassettes sont éditées par des compagnies locales. En 2005, lors de sa tournée d'adieux, on lui remet le "Award Multimillion Sales" afin de souligner ses ventes. Au cours des années, elle a enregistré quelques chansons en japonais, mandarin et coréen. Si ce n'était pas de l'éloignement, Nana aurait beaucoup à faire sur ce continent.

AFRIQUE

Plusieurs disques d'or lui sont attribués en Afrique du Sud et elle y donne deux récitals en 1983. Au Botswana, la discographie est similaire. Pendant la période du vinyle, plusieurs pays africains impriment ses disques alors que la plupart des CD sont importés d'Europe. À quelques reprises, le roi du Maroc l'invite pour chanter à Rabat. En 1989, Nana fait une tournée dans les pays francophones de l'Afrique de l'ouest. En 1998 et 1999, elle se rend au Kenya en tant qu'ambassadrice pour l'UNICEF. Et en 2015, elle donne un concert bénéfice au Madagascar.

AMÉRIQUE LATINE

Ses deux premiers passages au Mexique, en 1972 et en 1973, ont lieu dans le cadre de ses tournées américaines. En 1994 et en 1996, grâce à ses albums en espagnol, elle est en mesure de présenter ses récitals dans cette langue. Au Venezuela, au Chili, en Argentine, au Brésil, à Porto Rico, au Guatemala et en République Dominicaine, ses fans ont également la chance de la voir en spectacle. Malgré une promotion modérée, Nana chante à guichets fermés et ses disques se vendent bien. Rien qu'au Chili, elle obtient six disques d’or et de platine. Une présence plus assidue dans ces pays aurait sans doute contribué à enrichir davantage son répertoire de leurs belles mélodies.

GRÈCE

Alors que sa carrière est en pleine expansion, de 1967 à 1974, la Grèce subit la dictature des Colonels. "Spiti mou spitaki mou" est le seul album grec qui paraît pendant cette période. Ensuite, Nana y revient quelques fois par année afin de visiter sa famille et ses amis. Ce n'est cependant qu'en 1984 qu'elle y fait son retour artistique lors de deux concerts au théâtre d'Hérode Atticus. Les retrouvailles avec son peuple sont si touchantes et sublimes que pour elle le moment aurait été parfait de quitter la scène. Mais Nikos Gatsos, le parolier de ses débuts, lui écrit de nouveaux textes. Le compositeur Hadjidakis la recontacte et d'autres grands musiciens comme Hadjinassios, Moutsis et Xarchakos s'offrent pour travailler avec elle. Nana revient donc chanter régulièrement pour ses compatriotes et enregistre de nouveaux albums dans sa langue natale. C'est dans son pays qu'elle choisit de terminer sa tournée d'adieux à l'été 2008.

UN PORTRAIT SOMMAIRE

Ce portrait mondial complète celui des dix années lorsque Nana implantait ses premières racines. Bien que sommaire, il témoigne d’une carrière riche et nuancée. À chaque endroit, une histoire et des liens distincts la rattachent à son public. Parmi les pays les plus influents, il y a la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Grèce et l’Espagne où elle assure la promotion de ses disques. Mais aussi le Canada et les États-Unis où elle a fait beaucoup de tournées. Il ne faut pas oublier la quarantaine de pays où Nana s’est produite et bien sûr ses dizaines d’albums distribués partout dans le monde pendant toutes ces années.

Les trois intégrales: la française, l'anglaise et l'espagnole.